Leo, mastère Game Design en alternance

Publié le 

Leo Compe est en dernière année du mastère Game Design, et en contrat de professionnalisation chez Virtuos, en tant que Junior Game Designer.

leo compe virtuos

Comment as-tu découvert le métier de Game Designer ?

Depuis un petit jeu qui s’appelle “LittleBigPlanet”, le précurseur des jeux comme “Mario Maker” ou “Dreams”. On pouvait créer ses niveaux et les partager avec tout le monde. C’était très inspirant de savoir que tous les niveaux du mode solo avaient été faits avec les outils du jeu !

 

Qu’est-ce qui t’a donné envie de devenir Game Designer ? À quel moment, tu t’es dit « je veux/peux en faire mon métier » ?

Ça m’est longtemps apparu comme une ambition inaccessible jusqu’à ce qu’un ami me parle de l’école.
J’avais toujours comme habitude de faire des jeux seuls que je ne publiais/finissais pas, mon avenir professionnel était axé vers un travail dans l’audiovisuel.

Après m’être convaincu de tenter ma chance en visitant les portes ouvertes d’ISART , j’ai pu créer un jeu et établir un portfolio en 3 semaines pour valider l’entrée.

Mais ce n’est que lors de mon passage en 2ème année que j’ai réalisé que toutes mes expériences à ISART étaient concrètes et que j’avais ma place dans le milieu.

 

Tu es Junior Game Designer actuellement, en quoi ça consiste ?

Pour faire simple, j’aide à établir avec mes collègues ce que le joueur sera amené à faire dans le jeu :

  • les règles
  • les mécaniques
  • les niveaux
  • l’histoire

En clair, c’est tout ce qui fait du jeu une expérience unique.

Pour cela, j’utilise beaucoup de logiciels pour faire passer des idées ou préciser des sujets pour les autres développeurs. Récemment par exemple, j’ai pu aider à concevoir une partie d’un niveau jeu. C’est passé par un croquis sur papier comme base, suivi d’un fichier PowerPoint pour expliquer comment le joueur allait interagir. Une fois montré et validé, je m’y colle sur le moteur de jeu avec parfois, l’aide d’un programmeur afin d’être sûr que je ne casse pas tout (rires).

 

J’aimerais en dire un peu plus sur ce sur quoi je travaille en ce moment, mais je suis malheureusement soumis à une clause de confidentialité, c’est très fréquent dans les jeux. Mais je peux dire que je travaille à Virtuos depuis plus d’un an. C’est un studio qui se spécialise dans la prestation de services pour d’autres studios, que ce soit de l’art, de la programmation ou du design.

On est donc amenés à travailler avec différents studios de manière régulière sur des projets passant de la préproduction à la quasi fin du jeu.
On aide à concevoir au début, et petit à petit, on rentre dans le détail, avec de l’équilibrage, de l’itération pour< être sûr que le jeu correspond bien à l’expérience voulue par le client.

 

Qu’apporte une expérience professionnelle en parallèle des études ?

C’est le fait de pouvoir appliquer ce qu’on apprend dans un cadre professionnel avec la liberté que nous pouvons avoir en tant qu’étudiant. Les conseils de management de mes collègues m’ont aidé dans certains de mes projets étudiants comme personnels.

 

Où te vois-tu une fois le diplôme en poche ?

Exactement au même endroit ! J’ai réussi à décrocher un CDI à Virtuos qui commencera cet été, juste après quelques vacances bien méritées.